Réglementation de la circulation : rue Edmond Michelet du 27 mars au 6 avril

Du mardi 27 mars au vendredi 6 avril, la circulation sera interdite, sauf riverains, sur les voies situées sur la rue Edmond Michelet afin d’effectuer les travaux d’aménagement de l’entrée du Bourg.
Les déviations se feront :

  • pour les véhicules légers, par la rue de Menez Gad, la rue de Prat an Dock et la rue de Lescors,
  • pour les poids lourds, par la route de Kerscaven, la route de la Grande Grève, hent Maner ar Ster, la rue de l’École de Voile, la rue de la Gare et la rue du 19 Mars 1962.

Déviation véhicules légers – Cliquez sur la carte pour l’agrandir

Déviation poids lourds – Cliquez sur la carte pour l’agrandir

Stationnement et circulation : réunion de concertation avec les habitants de Kérity

Depuis de nombreuses années, la problématique de la circulation et du stationnement sur Kérity réapparaît régulièrement. L’étude des quartiers effectuée en 2015/2016 par la Société d’Aménagement du Finistère (SAFi), en concertation avec les habitants, a elle aussi mis en avant ces difficultés. Souhaitant s’attaquer au problème la municipalité a convié les riverains à une réunion de concertation le dimanche 25 mars à 11h au cinéma d’Eckmühl. Près de 70 personnes ont répondu présent. Elles ont ainsi pu participer aux très instructifs échanges qui ont duré 1h30 et donner leur sentiment sur le pré-projet (voir carte ci-dessous) présenté par le maire Raynald Tanter et Jean-Louis Buannic, adjoint chargé des travaux.
Nous vous tiendrons informé de l’évolution du dossier.
En attendant, vous pouvez toujours réagir par courrier ou par mail en cliquant ici.

Cliquer sur la carte pour l’agrandir

Enherbement des cimetières : une solution alternative

José Berthaud, représentant de la société Kabelis, Raynald Tanter, maire, Jean-Louis Buannic, Nathalie Poulard, adjoints et Christian Burel, conseiller délégué

À la fin de l’année dernière, la municipalité a décidé d’enherber le cimetière de Kérity, une solution alternative pour ne plus recourir aux produits phytosanitaires tout en gardant des coûts de main-d’œuvre acceptables. En effet depuis le 1er janvier 2017, la loi interdit d’utiliser ces produits toxiques sur les espaces verts accessibles au public. Bien que les cimetières ne soient pas encore concernés, ils le seront très prochainement.

Fidèle à son engagement zéro phyto et anticipant la réglementation, la municipalité a choisi de continuer à enherber ses deux autres cimetières. Après celui de Kérity, traité manuellement et dont le résultat tout en étant satisfaisant reste perfectible, c’est à St Guénolé et au Bourg de bénéficier d’un procédé plus abouti.

L’hydroseeding, une technique rapide et efficace

Le 20 mars dernier, à l’initiative de Mathieu Jaouen, responsable du service espaces verts, la municipalité organisait une rencontre avec la société Kabelis, entreprise basée à Plouigneau dans le Nord Finistère. Une trentaine de représentants de collectivités telles que Quimper, Plomelin, Châteaulin, Le Juch, Plovan ont répondu à l’invitation. Ils ont assisté avec beaucoup d’intérêt à une présentation du procédé hydroseeding à la Maison pour Tous ainsi qu’à une démonstration réalisée au cimetière de St Guénolé.

Cette technique consiste à projeter un mélange composé d’eau, de mulch ou paillis, d’un fixateur, d’un engrais organique et d’un activateur de germination et d’enracinement. Ceci afin de favoriser un enracinement rapide et durable du gazon sur sols pauvres.

Pour les cimetières de St Guénolé et du Bourg, 2 jours ont suffi aux services techniques pour procéder à cette opération. L’hydroseeder, la machine servant à malaxer et projeter le substrat, a été loué en partenariat avec la mairie de Plonéour Lanvern afin de limiter les coûts de location et d’acheminement. Pour Penmarc’h, ces 2 cimetières représentent une surface de 2 700m², l’opération revient à 1€ le m².

Les autres avantages de ce procédé

> Il assure une germination, un enracinement rapide et en profondeur du gazon, les premières pousses apparaissant au bout d’une semaine ou deux.
Le substrat au sol permet une rétention de l’eau, évitant un arrosage intensif. Les fibres préservent également les graines des effets du vent et de l’érosion par l’eau.
En se décomposant, les fibres apportent un complément nutritionnel au sol.
> Il donne un meilleur rendu du fait de l’homogénéité de l’ensemencement.

En Loire Atlantique, certains cimetières sont enherbés de cette façon depuis 15 ans
Le résultat est satisfaisant et concluant. L’opération est à renouveler en général tous les 10 ans.

Keblack en concert à Cap Caval le 30 mars

VENDREDI 30 MARS À 20H30
KEBLACK + ARMA JACKSON
RAP / HIP HOP / SLAM

Keblack fait désormais partie de la scène des jeunes espoirs du rap français et plus largement de la pop urbaine grâce à sa signature vocale. Il cumule les vidéos et les succès car chacune de ses apparitions se comptabilise en millions de vues. Sa voix et son charisme donne le ton. Ses influences et son vécu lui permettent de fournir un travail de qualité respectant instinctivement les codes d’une nouvelle génération.

À mi-chemin entre le Rap et le chant, Keblack n’a pas échappé aux comparaisons avec à un certain Maître Gims.

Keblack

RÉSERVATIONS

Mairie de Penmarc’h
Tél. 02 98 58  60 19 / réservations par mail en cliquant ici
Fnac
Ticketmaster
Digitick

Semaines de la Petite Enfance : un atelier créatif autour des 5 sens

Jeudi 22 mars, dans le cadre des semaines de la petite enfance, les animatrices Hélène et Anne-Lise ont proposé, sur inscription, 2 ateliers d’éveil autour des 5 sens pour les assistantes maternelles, les parents ou grands-parents du territoire. Au total, 8 familles et 4 assistantes maternelles de différentes communes telles que Peumerit, Plonéour Lanvern, Combrit, Pont-l’Abbé et Penmarc’h ont participé à ces ateliers.

Les 16 enfants présents ont pu s’amuser et découvrir différentes activités : manipulation de la semoule ou du sable, découverte de différentes textures, matières ou objets sonores… Maël qui effectue son stage au sein du service enfance-jeunesse a également proposé aux enfants de découvrir une pâte à modeler naturelle, qu’il avait préalablement préparée, et que l’on peut donc fabriquer soi-même. Toutes les personnes présentes sont reparties avec la recette.

Ces deux ateliers, riches en échanges et découvertes, ont été très appréciés par l’ensemble des participants

Week-end russe au cinéma Eckmühl

Les projectionnistes du cinéma Eckmühl vous proposent un week-end dédié à la Russie, un panorama du cinéma russe d’hier et aujourd’hui. Joël Chapron, grand spécialiste et fin connaisseur des cinématographies d’Europe centrale et orientale, interviendra à la fin de chaque séance.

Pour découvrir la programmation en cours, cliquez ici.

23, 24 ET 25 MARS : WEEK-END RUSSE
URUSSIE : PANORAMA DU CINÉMA RUSSE D’HIER ET AUJOURD’HUI
EN PRÉSENCE DE JOËL CHAPRON

Après nous avoir initié au cinéma de Andrei Zvyagintsev en 2014, nous avoir accompagné dans un panorama du cinéma russe d’hier et aujourd’hui en 2016, Joël Chapron, grand spécialiste et fin connaisseur des cinématographies d’Europe centrale et orientale revient à Kérity cette année pour nous parler des cinémas des anciennes républiques soviétiques, à travers un programme de 5 films, qui nous fera parcourir des milliers de kilomètres de l’Ukraine au Kirghizistan, en passant par l’Arménie, la Géorgie et la province russe Kabardino-Balkarie. Un week-end qui s’annonce passionnant.

Pour découvrir la programmation, cliquez ici.

Cérémonie du 19 Mars 1962

Lundi 19 Mars, Raynald Tanter, maire, a rendu hommage aux victimes de la Guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc. Le cessez-le feu du 19 Mars 1962, issu des Accords d’Évian, mettait fin à huit années de conflit. De nombreux Penmarc’hais étaient présents pour commémorer cet événement.

Par ailleurs, Raynald Tanter a salué la mémoire d’Alexandre Bosser, ancien président de la Fédération Nationale des Anciens Combattants en Algérie (FNACA), disparu en février dernier.

À la fin de son discours, le maire et les jeunes du CMJ,  dont cette cérémonie officielle fut la première depuis leur élection, ont salué les porte-drapeaux.

Message de Geneviève Darrieussecq
Secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées
Journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et

au Maroc

19 mars 2018

« En cette journée nationale, la France rend un hommage solennel à toutes les victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc.
Le cessez-feu du 19 mars 1962, issu des Accords d’Evian, annonçait la fin prochaine d’une guerre alors sans nom. Sur les deux rives de la Méditerranée, entre soulagement et blessures, il engendra des sentiments puissants et divers. Pour tous, il y eut un avant et un après. Aux victimes d’avant le 19 mars s’ajoutèrent, les mois suivants, les milliers de drames d’une transition violente.
Aujourd’hui, dans un même hommage, la France pense à toutes les douleurs et à toutes les souffrances, à toutes les familles déchirées et endeuillées, à celles et ceux qui ont enduré la guerre dans leur chair et dans leur esprit.
Aujourd’hui, sans distinction, la Nation adresse sa reconnaissance et sa solidarité.
Aujourd’hui, la France honore toutes les mémoires.
Celle des soldats morts pour la France ou blessés, celle des appelés et rappelés du contingent, des militaires de carrière, des forces de l’ordre de métropole et d’Afrique du Nord.
Celle des civils de France ou d’Algérie qui eurent à subir l’angoisse, les violences et les attentats.
Celle des Français d’Algérie pour qui cette date signifiait la fin douloureuse d’une histoire parfois multigénérationnelle et qui durent commencer une vie nouvelle.
Celle des membres des forces supplétives, des harkis, qui avaient fait le choix de la fidélité à la France. Les semaines qui suivirent furent celles des représailles et de l’exil dans une métropole qui, entre incompréhension et ignorance, manqua à son devoir d’accueil.
Celle des disparus civils et militaires.
Ces années de guerre ont durablement marqué notre société. Soixante ans après 1958, nous nous souvenons qu’elles ont eu pour conséquence la transformation durable de notre République.
Ces déchirures sont désormais une part de notre histoire nationale mais leur souvenir est encore vif dans notre mémoire collective. Porter un regard lucide et objectif sur ces années doit permettre à la communauté nationale de cheminer vers une mémoire apaisée.
Témoigner, expliquer et partager, sont un impératif afin que, des deux côtés de la Méditerranée, les jeunes générations, préparent l’avenir ensemble. »