Plages. Les sauveteurs veillent à votre sécurité pendant l’été

Depuis le 01 juillet, neuf nageurs sauveteurs ont intégré les postes de secours de Pors Carn et du Ster. Ils en assurent la surveillance jusqu’au 31 août, tous les jours de 13h30 à 19h30.

Ces sauveteurs sont pour la plupart des étudiants, la moyenne d’âge est de vingt ans. Ils habitent le Pays Bigouden et connaissent bien les spécificités des sites. Certains d’entre eux étaient déjà affectés à ces postes l’année dernière. Ils ont suivi deux formations aux premiers secours et un BNSSA (Brevet national de sécurité et de sauvetage aquatique), complétés par une formation plage dangereuse. Ils sont encadrés par un sapeur-pompier volontaire saisonnier référent au SDIS 29 (Service départemental d’incendie et de secours du Finistère). Chaque poste de secours est occupé par un chef, un adjoint et deux sauveteurs. Laura Feisthauer, étudiante en médecine, est cheffe de poste à Pors Carn « je suis responsable d’une équipe et je dois prendre les décisions sur la plage pendant la surveillance ». À ses côtés Emma Le Guen, cheffe de poste au Ster.

La prévention pour éviter tout accident

Les sauveteurs ont un rôle préventif majeur. Ils informent sur l’état de la mer, les conditions de baignade, les horaires de marée, la force du vent, etc. Des accidents sont évités grâce à leurs précieux conseils. « Afin d’éviter tout accident, il faut tenir compte des dangers de la plage (courants, vents et baïnes) et ne pas surestimer ses capacités physiques » explique Laura. « Pour les enfants et les personnes âgées, les baignades sont recommandées le matin ou en fin d’après-midi. Il faut surtout bien faire attention au choc thermique dû à l’écart de température entre l’air et la mer ». Pour plus de sécurité, il est aussi conseillé d’être toujours accompagné et d’avoir un téléphone portable pour signaler une éventuelle alerte. « La municipalité fait confiance au SDIS depuis plusieurs années » commente Jean-Marc Bren, adjoint municipal référent aux activités nautiques et à la sécurité. « Pour améliorer la prévention, nous avons demandé cette année un sauveteur supplémentaire à Pors Carn. Son poste de surveillance est situé au niveau des Câbles sous-marin ». Les sauveteurs donnent aussi des conseils pour le bien vivre ensemble et le respect du cadre naturel (sont interdits sur les plages, selon les arrêtés préfectoraux : les chiens et les chevaux, les feux, les véhicules motorisés, le camping, l’abandon des déchets, etc.). “Le policier municipal fait partie intégrante de ce dispositif de prévention afin que chacun passe de bonnes vacances et un bel été à Penmarc’h.”

Les plaisirs de l’eau pour tous

La ville de Penmarc’h est labellisée « handiplage », la municipalité affiche la volonté de rendre les plages accessibles à tous. Depuis 2021, des aménagements ont été réalisés au Ster et à Pors Carn pour faciliter l’accès aux PMR (personnes à mobilité réduite). En juillet-août, un hippocampe (fauteuil roulant de plage tout terrain) et un tiralo (fauteuil de baignade) sont mis gracieusement à disposition des PMR, accompagnées par une personne valide. Ces équipements, très appréciés, permettent de se déplacer sur la plage et d’accéder à la mer. Les sauveteurs, bien que non habilités à accompagner les utilisateurs, se font un plaisir de présenter le matériel et d’en expliquer le fonctionnement.

Prévention et sécurité riment avec plaisirs nautiques et baignades, nous comptons sur la vigilance de tous. Nous souhaitons un bel été aux sauveteurs avec le moins de sorties possibles.

En pratique. Postes de secours du Ster et de Pors Carn : surveillance jusqu’au 31 août, tous les jours de 13h30 à 19h30. Les deux postes sont situés à l’entrée de la plage de Pors Carn et dans la continuité de la rue de la Grande Grève au Ster. Pour appeler de l’aide ou signaler un accident en mer, deux numéros : le 112 et le 196 (cross Corsen).

Photo à la une : Brett Philouze, chef de secteur et référent du SDIS ; les sauveteurs ; Jean-Marc Bren, adjoint et Nicolas Clément, policier municipal posent devant le poste de secours de la plage du Ster.

 

Mairie de Penmarc’h
02 98 58 60 19

citykomi 

Quartier de la Joie : travaux d’assainissement, réunion d’information le 25 juillet

Des travaux d’assainissement collectif vont être réalisés dans le quartier de la Joie. Une réunion d’information se tiendra le jeudi 25 juillet 2024 à 18h en mairie, dans la salle du conseil municipal.

Ces travaux débuteront à la mi-octobre et devraient durer environ cinq mois. Ils seront réalisés par tranche afin de moins perturber les riverains. Plusieurs rues sont concernées : rue de la Joie (angle de la rue du 8 Mai 1945 jusqu’au n°761 de la rue de la Joie), rue des Tamaris, rue des Perdrix, venelle Loc’h ar Joa et rue du 8 Mai 1945 (angle de la rue de la Joie jusqu’à l’angle de la rue Guy de Maupassant). En juillet, un technicien contactera les riverains afin de définir l’emplacement du futur point de raccordement de chaque habitation.

La CCPBS (Communauté de communes du Pays Bigouden sud) est maître d’ouvrage. Le chantier sera réalisé par la société Sogea, accompagnée par le bureau d’étude Artelia. Le coût des travaux est estimé à 1 089 345,90 euros hors taxes.

Pour toute question, les services techniques municipaux restent joignables au 02 98 58 89 61 et par mail : st@penmarch.fr

Pourquoi ces travaux ?

La CCPBS exerce la compétence “assainissement et eau potable” sur les 12 communes du territoire. Elle procède à des travaux de renouvellement et de renforcement sur les réseaux pour les améliorer et garantir leur bon fonctionnement (respect de l’environnement, continuité du service). Ils ont pour but d’éviter les casses et les fuites en matière d’eau potable et d’éviter les infiltrations sur le réseau d’assainissement. Plus d’informations sur www.ccpbs.fr

En pratique. Réunion d’information le jeudi 25 juillet 2024 à 18h en mairie.

 

 

Mairie de Penmarc’h
02 98 58 60 19

citykomi 

Centre Bourg, les travaux d’aménagement sont terminés

Les travaux d’aménagement du centre bourg sont terminés, les délais prévisionnels ont été respectés. Ils avaient débuté le 04 mars dernier et prévoyaient la requalification des rues François Merrien, du 19 Mars 1962, Laënnec, l’église, Mathurin Méheut et les abords de la place du 11 Novembre 1918. “La municipalité a pour ambition de valoriser le quartier historique et de lui redonner vie” explique Jean-Paul Stanzel, premier adjoint.

Réduire la vitesse et favoriser les déplacements doux

Les feux tricolores du carrefour, à l’angle du commerce “Chez Bruno”, ont été retirés au profit d’une priorité à droite. Un pavé en résine surélevé marque l’entrée du quartier afin de réduire la vitesse des automobilistes, limitée à 30 km/h. Une partie de la rue du 19 mars est passée en sens unique, une nouvelle signalétique a été mise en place, “les habitudes changent”. La place du 11 novembre fait désormais office de giratoire. “L’objectif est de réduire la vitesse, sécuriser les abords et de redonner une véritable place aux déplacements doux” commente l’édile. Dans quelques jours, un marquage au sol sera tracé afin de délimiter la voie cyclable. “Toutes les mobilités ont été prises en compte, nous devons nous adapter. Les piétons et les cyclistes sont plus nombreux.”

Valoriser le quartier historique et lui redonner vie

La rue de l’église a été pavée, ainsi qu’une partie de la rue Mathurin Méheut dans le but de valoriser le patrimoine bâti. Les réseaux électriques ont été enfouis et les trottoirs refaits. Deux placettes ont été aménagées avec du mobilier urbain contemporain, à l’angle du carrefour au niveau de la maison déconstruite et sur la place du 11 novembre. “L’idée est que les gens s’approprient les lieux”. Le parking est en partie végétalisé et compte environ vingt-cinq à trente places de stationnement. La terrasse du Resto du Bourg a été agrandie. “Les commerçants sont ravis” témoigne Bruno Le Pape, le tenancier du bar Chez Bruno. Des sanitaires publics, dont l’installation est prévue le 23 juillet, et un aménagement paysager finaliseront l’ensemble.

Le chantier a été confié à Élise Claudic, architecte paysagiste à Quimper et au bureau VRD CIT de Pont-l’Abbé. Le coût est de 600 000 euros hors taxes, avec des subventions à hauteur de 25% par la Région et le Département.

Photo à la une : Steven Le Du pour les services techniques ; Mickaël Le Roux du bureau VRC CIT ; Jean-Paul Stanzel, premier adjoint et Jean-Pierre Savina, conseiller municipal délégué.

 

Mairie de Penmarc’h
02 98 58 60 19

citykomi 

Centre nautique. Un point location pour les réservations et les sorties

Pour la première année, le point location du centre nautique municipal a trouvé sa place à proximité de la pyramide. Il offre un accès direct à la plage du Ster et au plan d’eau. Il est bien situé au niveau du GR 34, son nouvel emplacement est beaucoup plus visible. Il a fière allure avec son bardage en bois et les aménagements réalisés par les services techniques municipaux. C’est le point de départ de toutes les activités (locations, balades et cours particuliers).

Malgré un début de saison maussade lié aux conditions météorologiques, « le centre nautique affiche un taux de remplissage de 75% pour les stages en ce début de saison » commente Fanch Guiziou, le responsable. “Nous proposons plusieurs prestations : des locations, balades et cours particuliers en kayak, paddle, catamaran et planche à voile ; et des balades en pirogue, la nouveauté de cette année. Les activités sont encadrées par des moniteurs diplômés Brevet d’État.”

En ce 18 juillet, toutes les conditions sont réunies pour faire une sortie. « Nous sommes de Plomelin » explique Monique, venue en famille. « Nous partons faire une balade en kayak. Nous aimons particulièrement le secteur, le spot est bien placé et offre une vue magnifique sur les rochers et les phares ». À ses côtés, Éléonore : « je travaille dans un foyer de vie et j’ai accompagné un groupe ici, nous avons fait du paddle géant. J’ai beaucoup apprécié et j’y reviens aujourd’hui. J’ai trouvé toutes les informations sur le site internet du centre nautique, tout est bien expliqué ». Le plan d’eau offre une vue panoramique sur le site des Étocs, des rochers aux formes atypiques. La faune et la flore marine affectionnent particulièrement ce coin de paradis, propice à la détente et à l’évasion. « Nos activités sont proposées dans un périmètre défini afin de limiter notre impact sur l’environnement » commente Fanch Guiziou. « C’est aussi ça l’éducation maritime ! ».

Le jardin des mers et les moussaillons, des activités pour 4-8 ans

Autre nouveauté, le centre nautique propose des activités pour les enfants en juillet-août. Le « jardin des mers » et les « moussaillons » sont deux formules originales pour les 4-8 ans. L’idée est de familiariser dès le plus jeune âge à la navigation et de sensibiliser à l’environnement marin. Les ateliers sont proposés selon les âges, sur trois demi-journées pour les 4-6 ans et cinq demi-journées pour les 6-8 ans : sortie pêche à pied, observation d’un aquarium, pose de casiers, balades kayak et optimist, etc. L’encadrement est d’un moniteur pour six à huit enfants.

Bigouden spot, un réseau nautique

Le centre nautique de Penmarc’h est affilié au Bigouden Spot. C’est un réseau qui regroupe les six centres nautiques du Pays Bigouden et les spots de surf de la pointe de La Torche. Il permet de découvrir les activités nautiques à des tarifs préférentiels et uniformes sur le territoire.

En pratique. Le centre nautique municipal et son point location sont ouverts jusqu’au 23 août, du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h. Contact. Centre nautique – 501, rue de Toul ar Ster – 02 98 58 64 87 – Pour les cours particuliers et les locations, contactez directement le point location : 07 89 00 73 47. Réservations possibles en ligne : nautisme-penmarch.fr.

Photo à la une : Fanch Guiziou, responsable du centre nautique municipal et Jean-Marc Bren, adjoint référent au nautisme

 


Pyramide du Ster

02 98 58 64 87
https://www.nautisme-penmarch.fr

Concours des jardins, les lauréats récompensés

La ville de Penmarc’h a relancé son concours des jardins, le règlement a évolué par rapport aux années précédentes. “Face aux défis environnementaux et écologiques, de nouveaux critères ont été pris en compte : l’environnement général, l’originalité, la qualité, le choix des plants, la gestion et la préservation des ressources, etc.” explique Gilles Mercier, conseiller délégué municipal. “Toutefois, le jury est resté indulgent quant à la notation. L’idée est d’accompagner les habitants vers une transition plus verte et respectueuse de l’environnement.” Le jury était composé de trois élus et d’un agent municipal des espaces verts.

Les participants concouraient pour trois catégories : environnementale, ornementale et jardin en transition. La municipalité a procédé à la remise des prix le samedi 13 juillet à la Maison pour tous. Les lauréats sont : Marion Pardo, Monique Théréné, Nicole Palud, Dominique Nédélec, Sophie Mary, Jacques Bayet et Frédéric Perry.

Tous ont apprécié ce moment de convivialité et les échanges entre eux. Nouveauté, la municipalité a lancé l’idée d’organiser un troc plantes en octobre prochain en lien avec les actions paysagères des services techniques. Un communiqué sera diffusé sur les réseaux municipaux et par voie de presse pour en informer les penmarc’hais.

Photo à la une : les lauréats ; Jocelyne Le Rhun, Gilles Mercier et Fabienne Le Gars, les élus membres du jury réunis à la Maison pour tous lors de la remise des prix (photo : Brigitte Stéphan).

 

Mairie de Penmarc’h
02 98 58 60 19

citykomi 

Une nouvelle scène mobile pour les événements associatifs et municipaux

La ville de Penmarc’h vient d’acquérir une nouvelle scène mobile pour les événements associatifs et municipaux.

« L’ancien podium était arrivé en bout de course. Nous avons voulu une structure fonctionnelle et qualitative avec un espace scénique plus grand, facile à installer » explique Jean-Paul Stanzel, premier adjoint. La nouvelle structure, en forme d’arche, mesure 55 m² contre 48 m² auparavant. Le revêtement, en PVC, résiste à des vents de 70 à 75 km/h et jusqu’à 110 km/h sans la bâche. C’est une scène mobile réversible avec une toiture relevable et courbée qui offre plusieurs accroches pour le son et la lumière avec une charge utile jusqu’à 800 kg. « C’est un outil unique en Bretagne » commente Yohan Madec, responsable du service culturel de la ville.

Après avoir lancé un appel d’offres, la municipalité a retenu l’entreprise belge Touartube. Le coût de l’investissement est de 76 000 euros hors taxes. Ce nouvel équipement sera vite amorti, en à peine trois semaines, il a déjà servi pour le festival God save the kouign, une fête de l’école, le bal des pompiers et le 14 Juillet. Il est mis à disposition des associations penmarc’haises qui en font la demande auprès des services techniques, le tarif de location est de cent euros le week-end.

Photo à la une : Yohan Madec et Jean-Paul Stanzel, sont entourés par Steven Le du et Christophe Golaguen, agents municipaux chargés de la logistique du matériel.

 

Mairie de Penmarc’h
02 98 58 60 19

citykomi 

Patrimoine. Nouveauté, des visites guidées gratuites jusqu’au 15 septembre

Nouveauté, la ville de Penmarc’h a recruté une agente saisonnière pour animer des visites guidées gratuites de la Tour Carrée, la chapelle de la Joie, les églises Saint-Nonna et Sainte-Thumette. C’est une volonté municipale pour relayer les bénévoles des associations.

Françoise Derrien fait découvrir ce patrimoine local. Elle a une bonne connaissance du territoire et aime la partager avec les visiteurs. « Je suis passionnée par le patrimoine architectural et culturel » commente t’elle. Bien documentée, elle raconte par exemple la légende autour de la construction de la chapelle de la Joie, elle présente la reconstitution en 3D de l’ancienne église de Saint-Guénolé, actuelle Tour Carrée… Des visites inédites pour (re)découvrir le patrimoine penmarc’hais.

La guide habite Penmarc’h et connaît bien la commune. Elle a travaillé auparavant au site des phares de Penmarc’h, sur le Grand site de France à la Pointe du Raz, à l’office de tourisme de Pont-Croix. Elle a été aussi guide accompagnatrice pour des voyages organisés.

Jours et horaires des visites

  • Chapelle Notre Dame de la Joie : lundi, samedi et dimanche de 10h30 à 12h
  • Église Sainte-Thumette : mercredi de 10h30 à 12h et de 14h30 à 16h
  • Tour Carrée : jeudi de 10h30 à 12h, samedi et dimanche de 14h30 à 16h
  • Église Saint-Nonna : lundi et jeudi de 14h30 à 16h (uniquement en juillet août)

L’âge d’or de Penmarc’h

Aux 15ème et 16ème siècles, Kérity fût l’un des plus importants ports de commerce de Bretagne. La plupart des édifices religieux et les manoirs fûrent construits à cette époque qui correspond à l’âge d’or de Penmarc’h. Des bas-reliefs, représentant des navires et des poissons sculptés dans le granit, symbolisent cette période prospère. Les armateurs penmarc’hais commerçaient des vins de Bordeaux, du pastel, des toiles, des harengs des mers du Nord. Ils naviguaient du sud de l’Espagne jusqu’aux Pays Bas, et au nord de l’Écosse.

En pratique. Visites guidées gratuites jusqu’au 15 septembre, sans réservation, accessibles à tous.

Photo à la une : Nicole Palud, Joëlle Gloanec, Michel Canévet et Édith Criquet, les représentants des quatre édifices et Françoise Derrien, la guide recrutée par la ville, ici à la chapelle de la Joie.

 

Mairie de Penmarc’h
02 98 58 60 19

citykomi 

Événement. Inauguration d’un bateau de pêche au port de Saint-Guénolé

Un bateau de pêche a été inauguré au port de Saint-Guénolé le lundi 08 juillet 2024. Il a été construit par le chantier naval penmarc’hais Plastimer. « Le Canot », c’est le nom donné au navire qui a été commandé par Nicolas Erhel de l’armement L’Écume, implanté à Erquy dans les Côtes d’Armor.

Un bateau innovant et performant

« Le Canot » est un bateau de pêche réalisé sur mesure et polyvalent, il mesure 11,90 m x 5 m. C’est un navire novateur avec une carène en forme de monocoque à l’avant et de catamaran à l’arrière pour gagner en stabilité. Cette conception a été développée par les dirigeants de Plastimer, Monique et Jean-Bernard Furstenberger. « Le Canot » est armé pour pratiquer la polyvalence de pêches : dragues à praires, dragues à amandes, dragues bretonnes et dragues à roulettes de 5 pour la coquille Saint-Jacques, deux chaluts, un vire-filet et une ouverture pour les casiers dans le but de s’adapter à la saisonnalité et aux réglementations. Les plans ont été conçus en concertation avec l’armateur. « J’ai combiné mes idées avec celles de l’entreprise. Je souhaitais un bateau polyvalent et fonctionnel tout en étant ergonomique afin d’améliorer les conditions de travail et optimiser la sécurité », explique Nicolas Erhel qui sera aux commandes. La construction a duré 17 mois et « pas moins de douze corps de métier ont conjugué leurs compétences pour finaliser l’ouvrage » explique Monique Furstenberger. « Nous avons travaillé principalement avec des entreprises bigoudènes dont les savoir-faire spécifiques existent encore ».

Quatre générations de pêcheurs

Nicolas Erhel, 37 ans, est marin depuis qu’il a 14 ans. La pêche est une affaire de famille qui se transmet de père en fils, il est la quatrième génération. Son fils et ses deux neveux, âgés d’une dizaine d’années, comptent bien reprendre l’entreprise familiale. « Le Canot est notre troisième bateau de pêche, il a été construit dans le but de le transmettre aux générations futures ». L’armement L’Écume emploie douze salariés et compte trois navires de pêche dont « Le Canot » et un point de vente à Erquy. L’entreprise est spécialisée dans la vente de crustacés, Saint-Jacques, coquillages et poissons en direct du pêcheur et sans intermédiaire.

Plastimer : entreprise du patrimoine vivant

L’entreprise familiale, créée en 1989 au port de Saint-Guénolé, construit des navires polyester pour la pêche côtière et effectue des travaux de maintenance navale, de transformation et de modernisation. Plastimer est labellisée « Entreprise du patrimoine vivant » (décision ministérielle de novembre 2018, confirmée en janvier 2024). C’est une marque de reconnaissance de l’État, mise en place pour distinguer des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence.
Le chantier emploie quatre à six constructeurs navals. Leurs compétences sont celles des savoir-faire de mise en œuvre des matériaux bois, des matériaux composites polyester, inscrites dans une culture forte de la construction navale. Aucune formation spécifique n’existant en France, le chantier est ouvert aux candidatures de personnes ayant des compétences manuelles et prêtes à se former, en situation, à ces métiers méconnus.

La mise à l’eau d’un nouveau bateau de pêche est toujours un événement dans un port, c’est encourageant pour le milieu maritime et les activités économiques littorales. « Le Canot » quittera le port de Saint-Guénolé la semaine prochaine pour rejoindre son port d’attache à Erquy. Dans quelques jours, les constructeurs navals de Plastimer démarreront un nouveau bateau de pêche pour Roscoff dans le nord-Finistère.

Photo à la une : mise à l’eau du bateau de pêche “Le Canot” au port de Saint-Guénolé.

 

Mairie de Penmarc’h
02 98 58 60 19

citykomi 

Nouveauté, des toilettes sèches au Ster

C’est une première à Penmarc’h, des toilettes sèches publiques viennent d’être installées sur le parking du Grand Bleu, à proximité du GR 34 et de la  plage du Ster. « C’est une démarche environnementale qui s’inscrit dans la continuité des actions menées par la municipalité » explique Gilles Mercier, conseiller municipal délégué à l’environnement. « L’idée est de réduire les consommations en eau et de minimiser l’entretien ». La ville compte actuellement une dizaine de sanitaires publics. Plusieurs communes du secteur ont choisi cette alternative comme à Combrit Sainte Marine, Plouhinec ou encore Fouesnant.

Jusqu’à 120 litres d’eau économisées par jour

L’entreprise Sanisphère a été retenue. Elle élabore des toilettes publiques tout terrain, autonomes et écologiques depuis trente ans. Le modèle Sanilight a été choisi, c’est une structure en panneaux trois plis avec un bardage en sapin du Nord. Le design, épuré et contemporain, s’intègre facilement dans les espaces naturels. Cette cabine est accessible à tous y compris aux PMR (Personnes à mobilité réduite). Elle est conçue pour rester propre et pour se nettoyer à grande eau. Dotées d’une technologie innovante, ces toilettes ne nécessitent ni eau, ni électricité, ni réseau d’évacuation. Elles sont donc déplaçables, faciles d’entretien et ne consomment aucune ressource. Selon une étude, elles représentent une économie moyenne de 120 litres d’eau potable par jour et par personne. Comment fonctionnent-elles ? Ce sont des toilettes à séparation, les matières sont dissociées de l’urine et les excréments sont lombricompostés.

Cette installation fait partie d’un plan de rénovation des sanitaires publics, la ville en compte actuellement une dizaine. La municipalité envisage de commander d’autres toilettes sèches. « La refonte des sanitaires publics est une volonté municipale, nous voulons que l’intégration environnementale soit optimale ».

Photo à la une : Gilles Mercier, conseiller délégué à l’environnement, Pascal Cariou, Pascal et Charly Chevrier pour les services techniques, posent devant le nouvel équipement.

 

Mairie de Penmarc’h
02 98 58 60 19

citykomi 

Espace jeunes. Quentin Leproust, le nouveau responsable

La ville de Penmarc’h vient de recruter un nouveau responsable pour son espace jeunes. Il s’agit de Quentin Leproust, originaire de la banlieue lorientaise. À 38 ans, il a déjà une solide expérience dans les structures enfance-jeunesse. Dans son précédent poste, il travaillait à l’espace jeunes de Pont Scorff, il s’occupait aussi des activités périscolaires, des camps intercommunaux, etc. Depuis le 7 juin, Quentin Leproust est le responsable de l’espace jeunes, une structure municipale ouverte à l’année pour les 11-17 ans. « Ce poste est en adéquation avec mes attentes » confie t’il. « L’offre d’emploi à Penmarc’h a été une opportunité. Je connais bien le Pays Bigouden, plusieurs de ses amis y sont installés, j’avais envie de les rejoindre. J’apprécie particulièrement l’environnement préservé et je pratique les sports nautiques ».

Un partenariat avec les associations du territoire

En poste depuis un mois, le nouveau responsable a déjà plusieurs idées en tête. Il souhaite avant tout relancer le partenariat avec les associations locales « pour que les jeunes deviennent acteurs de leur commune ». Il est ouvert à toutes les propositions culturelles, sportives, sociales, etc. « L’idée est de faire prendre conscience à ces futurs adultes de la richesse du territoire et de les impliquer dans la vie locale ». Gilles Bernard, adjoint au périscolaire, explique que c’est aussi une volonté politique d’accompagner les jeunes par le biais des structures enfance-jeunesse (accueil de loisirs, tremplin et espace jeunes).

Le programme de cet été

Deux camps sont programmés cet été et les inscriptions sont déjà ouvertes. Le premier sur le thème des olympiades pour les 12-15 ans, du 15 au 19 juillet à Landunvez dans le Nord Finistère. Le second « Aventure camp » pour les 13-17 ans, c’est un séjour de remise en forme avec un chantier participatif, du 05 au 09 août à Berné dans le Morbihan.
En juillet-août, l’espace jeunes est ouvert du lundi au vendredi du 08 juillet au 23 août. Un programme d’activités a été défini, il peut être modifié selon les envies des adolescents. Trois projets phare ont été retenus : une nouvelle déco pour l’espace jeunes avec la réalisation d’une fresque murale avec les adolescents, comment fabriquer du mobilier de jardin à partir de matériaux de récupération, un projet autour du rap. Le programme est téléchargeable sur le site internet de la mairie : www.penmarch.fr.

Une structure ouverte à l’année

Pendant les vacances scolaires, l’espace jeunes est ouvert du lundi au vendredi (fermé le samedi avant les vacances), les horaires sont variables selon les activités. Hors vacances scolaires : mercredi et samedi 13h30-18h30, vendredi 17h-19h. L’adhésion annuelle est à 10 euros.

Contact : Espace jeunes – Rue des écoles à Kérity – 02 98 58 65 31 – ej@penmarch.fr – Facebook – Instagram

Photo à la une : Quentin Leproust, le nouveau responsable de l’espace jeunes et Gilles Bernard, adjoint au maire.

Téléchargez le programme des séjours et des activités en cliquant ici.

 

Mairie de Penmarc’h
02 98 58 60 19

citykomi