L’été tonique des jeunes Penmarchais

Les activités ne manquent pas pour les jeunes Penmarchais pendant les grandes vacances… Dommage qu’elles s’achèvent dans quelques jours ! Vivement les prochaines !
Bel été à l’espace jeunes
Une belle fréquentation pour l’espace jeunes cet été qui aura vu, en moyenne, de 30 à 40 jeunes de Penmarc’h et des communes alentours présents au sein de la structure chaque jour. Ils ont été force de proposition pour différentes sorties et activités. A leur demande des camps ont également été organisés pour leur permettre de découvrir d’autres endroits à l’instar du lac de Guerlédan. Des visites, des activités sportives sur terre comme sur mer ont aussi été proposées. Cela a permis aux jeunes de se rencontrer ou se retrouver durant cette grande période de vacances. La bouée tractée, le meilleur pâtissier, la visite de la SPA ou encore le labyrinthe de Pont-aven sont les moments forts d’un programme manifestement réussi.
Mais c’est la fin des vacances et voici quelques activités choisies par les jeunes pour la rentrée :
  • mercredi 4 septembre : atelier cuisine. Au menu ? Brookie, un mélange de brownie et de cookie
  • mercredi 25 Septembre : Bubble Foot en compagnie de Starti Jeunes (Espace jeunes de Rosporden).
Venez découvrir l’espace jeunes de Penmarc’h les mercredis, vendredis et samedis et prenez connaissance du programme de la rentrée ! A bientôt 😉

Les jeunes au lac de Guérledan

Le Conseil Municipal des Jeunes toujours mobilisé
Profitant eux aussi de vacances bien méritées, les membres du conseil municipal des jeunes sont néanmoins restés actifs. En juillet tout d’abord, lorsque certains d’entre eux ont fait la démonstration de leur fort attachement à l’engagement publique en assistant les élus dans l’organisation des traditionnels jeux proposés le jour de notre fête nationale. En août aussi, puisqu’ils ont participé à l’inauguration de la mairie fraîchement rénovée. Surtout, ils ont vu aboutir deux projets pour lesquels ils se sont investis : un parcours sportif et un espace de jeux neuf, remis aux normes. C’est pleinement satisfaits qu’ils ont assisté à la réception de ces nouveaux équipements. Bravo à eux et bonne rentrée !

Les nouveaux jeux

Les nouveaux jeux

Inauguration de la mairie rénovée, une journée mémorable

La journée inaugurale de la nouvelle maison commune, proposée par la municipalité, a rencontré un franc succès le samedi 24 août. De la cérémonie officielle du matin à l’après-midi « porte-ouverte », ce sont plus de 600 personnes qui ont pu découvrir avec intérêt  leur mairie mise aux normes et bien plus fonctionnelle pour les agents et les usagers.

Les membres du Conseil Municipal des Jeunes étaient également présents

La cérémonie d’inauguration
La journée marathon a démarré à 10h avec l’arrivée des responsables d’associations penmarchaises mais aussi de nombreux officiels parmi lesquels le Sénateur Michel Canévet, le Préfet du Finistère Pascal Lelarge, le conseiller régional Karim Gachet ou encore les conseillers départementaux Nathalie Tanneau et Thierry Mavic. Chacun a pu découvrir à son rythme les locaux rénovés avant que ne commence la cérémonie officielle à 11h. C’est sur le nouveau parvis et devant près de 200 personnes que le maire a ouvert le bal des discours. En quelques minutes il a retracé la genèse de ce chantier et évoqué le caractère nécessaire des travaux entrepris. Il a conclu son intervention en exprimant le sentiment d’être « Fier et heureux de cette nouvelle mairie,… fier et heureux de ce nouvel outil au service de nos administrés et de nos agents, …fier et heureux de ce nouvel élan pour la commune….pour notre commune ! Fier et heureux tout simplement de notre maison commune à tous, symbole penmarc’hais  de notre belle République.
Vive Penmarc’h, vive  la République.

Le discours du maire Raynald Tanter

C’est ensuite le sénateur Michel Canévet qui a pris la parole profitant de l’occasion pour féliciter la municipalité pour le travail accompli avant que le Préfet ne clôture les allocutions.

Enfin, le traditionnel coupé de ruban a été effectué en présence des membres du Conseil Municipal des Jeunes et sous des applaudissements nourris. Un bien joli moment.

Le traditionnel coupé de ruban

 
Les portes-ouvertes     
L’après-midi, les Penmarchais étaient invités à venir visiter les nouveaux locaux. Malgré le beau soleil qui encourageait plutôt à lézarder sur un transat ou une serviette, ils sont venus en nombre arpenter les couloirs de leur maison commune. Ainsi, plus de 400 personnes, guidées par les agents et les élus, ont découvert des locaux fonctionnels et modernes. Ils ont aussi pu constater que, si la surface des locaux a été considérablement agrandie afin de regrouper les services, la réalisation fait la part belle à la sobriété. Les administrés ont semblé être particulièrement sensibles à deux aspects de la rénovation : l’installation d’un ascenseur qui rend désormais le bâtiment parfaitement accessible aux personnes à mobilité réduite et la volonté d’intégrer la problématique environnementale dans le projet. A ce sujet, il convient de préciser que la mairie est maintenant certifiée HQE (Haute Qualité Environnementale) et qu’un système de Géothermie, subventionné à hauteur de 50 000 euros, remplace désormais une ancienne chaudière à fioul.
Les portes-ouvertes se sont déroulées dans un esprit bon enfant et en toute décontraction de 14h à 18h. 
Merci à tous de votre présence et à bientôt dans votre mairie.

Les Penmarchais sont venus en nombre visiter leur nouvelle mairie

Terrain constructible, dernière opportunité !

Située à la pointe du Pays Bigouden, Penmarc’h est une commune du bord de mer qui bénéficie d’un environnement agréable où il fait bon vivre.  Vous y trouverez les commerces de proximité, ainsi qu‘une multitude d’activités proposées par les associations.
De nombreux services municipaux contribuent au cadre de vie des habitants : écoles, accueil de loisirs, espace jeunes, salle de spectacles, cinéma, centre nautique…

L’emplacement

Dans un petit lotissement communal composé de 20 lots, situé entre la route de Kerganten et la rue Park ar Gwiniz

Le terrain

  • 560m² viabilisé, libre de constructeur

Les conditions

  • Vente à titre de résidence principale
  • Pas de construction de plus d’une maison

Mairie de Penmarc’h – Service urbanisme
02 98 58 52 26 – urbanisme@penmarch.fr

Une webcam sur le port de St Guénolé

Forte de l’engouement provoqué par l’installation d’une webcam à Pors Carn en 2015, puis à Kérity en 2017, la municipalité vient d’en installer une troisième sur la commune. Juchée sur le toit de la criée du port de Saint Guénolé, elle vous permet dorénavant d’admirer un panorama exceptionnel, de la chapelle de la Joie à la Baie d’Audierne.

L’effet « webcam »

Si la fréquentation du site internet de la commune connait sensiblement les mêmes variations d’une année sur l’autre, on remarque chaque hiver des bizarreries. En effet sur quelques journées, le nombre de visiteurs peut être multiplié par deux ou par trois. Bien qu’inexplicable de prime abord, on constate que ce phénomène se produit systématiquement lorsqu’une tempête s’abat sur nos côtes. Ainsi, les internautes alléchés par la perspective d’images époustouflantes, se connectent sur nos webcams, augmentant de fait la fréquentation de notre site. CQFD.

Un point de vue remarquable

Partant de ce constat, il y a fort à parier que cette singularité s’accentue dans les prochains mois car ce nouveau dispositif devrait satisfaire le plus grand nombre. Le point de vue inédit permet d’observer la vie portuaire, du départ des bateaux à la débarque et de vérifier que Saint Guénolé mérite bien son surnom de « port de l’impossible » lorsque les éléments se déchainent. Pour les nostalgiques du pays, l’accès permanent au balai régulier des faisceaux de notre bon vieux phare d’Eckmühl, devrait apporter quotidiennement son lot d’émotions. Gageons aussi que les professionnels du port sauront lui trouver une utilité à l’instar des amateurs de sports de glisse à Pors Carn et des plaisanciers à Kérity.
Remercions au passage la bonne collaboration de la CCI de Quimper et du Syndicat Mixte des Ports de Pêche qui ont autorisé l’implantation de la webcam à cet endroit.

Webcam de Kérity

Webcam de Pors Carn

Webcam du port de St Guénolé

Salle Cap Caval – Découvrez la nouvelle programmation

La programmation de la salle Cap Caval a été dévoilée, elle s’annonce d’ores et déjà survoltée, décalée, diversifiée et particulièrement enthousiasmante. Des idées de sorties à offrir ou tout simplement pour se faire plaisir.

Ils sont programmés à Cap Caval en 2019-2020

  • 08/10 : Ubu – Théâtre
  • 19/10 : Mass Hysteria
  • 24/10 : Tournée Bankal à vélo – SPOK festival
  • 02/11 : Bertrand Belin
  • 09/11 : J’aime Valentine mais bon… – Théâtre
  • 16/11 : Pépite + Suzane
  • 23/11 : The Stranglers
  • 23/01 : Mule – Festival Circonova
  • 01/02 : Dîner de famille – Théâtre
  • 03/04 : Les Innocents
  • 11/04 : Le cercle de Whitechapel – Théâtre
  • 17/04 : Constance – Seul en scène
  • 08/05 : The Disruptives et Guillaume Meurice

Mardi 8 octobre à 20h30
Ubu
Théâtre – Co-production avec le théâtre de Cornouaille

À la lumière du Surmâle, roman d’Alfred Jarry moins connu que ses pièces, l’acteur Olivier Martin-Salvan découvre des aspects du Père Ubu qui mettent en doute la bouffonne candeur qui lui est d’habitude attribuée. Une cruauté obscure, une violence abrupte et une sexualité outrancière confèrent des revers moins joyeux au grand enfant que représente le Père Ubu. Dans Ubu sur la butte, Alfred Jarry reprend l’action d’Ubu roi sous une forme plus dense, déniant toute psychologie à ses personnages. Le décervelage qui règne dans la pièce a conduit les plasticiens Clédat & Petitpierre à proposer un décor radical : un terrain d’aérobique. Les combinaisons moulantes propres à cet univers, la lumière crue et la musique abrutissante des salles de sport assimilent avec astuce la vaine dépense physique et l’acharnement à accéder au pouvoir. Répéter des gestes, se soumettre à des concours pour gravir un podium ou gagner une médaille semble répondre à une pulsion du même type que celle qui mène le Père Ubu à multiplier les crimes pour conserver le pouvoir. Les spectateurs, répartis autour de la scène comme autour d’un ring, assistent dans le détail à la montée en puissance d’une dictature qui, quoique grotesque, évoque avec frissons des travers répandus.

Samedi 19 octobre à 20h30
Mass Hysteria + Tranzat (1ère partie)
Concert métal

Avec 25 ans de carrière au compteur, des albums cultes comme « Contraddiction », « L’Armée des Ombres » ou « Matière Noire », deux certifications or et des dizaines de concerts gravés dans les mémoires, Mass Hysteria est sans conteste le patron du Metal en France.

« Maniac » (26 oct. 2018), le nouvel album du groupe vient enfoncer le clou de manière magistrale : encore une fois produit par Fred Duquesne (No One Is Innocent) puis masterisé par Ted Jensen (Slipknot, Pantera), cet album est le plus extrême de la carrière du groupe. Tout au long des 10 titres, si le chant si caractéristique de Mouss est là pour adoucir le propos, le 9ème album de Mass Hysteria risque d’en laisser plus d’un K.O.

Réservations

> fnac
> digitick
> ticketmaster

Mairie de Penmarc’h
Tél. 02 98 58  60 19
Réservations par mail en cliquant ici

 

Samedi 2 novembre à 20h30
Bertrand Belin + Mathieu des Longchamps (1ère partie)

Chanson française

Considéré par certains comme le fils de Bashung et Manset, Bertrand Belin ne revendique aucune descendance, il avance.
En perpétuel mouvement, il change de tempo comme de discipline artistique. Chanteur, auteur, compositeur, écrivain, il navigue de lectures musicales en B.O de films, de Bowie chez Renaud Cojo (Heroes) à Billy The kid pour Calamity Billy.
Il est surtout l’une des plus belles voix de la pop française, grave, teintée de chagrin diffus, servant des textes énigmatiques en forme de poésie.
Un style qui s’est imposé en cinq albums, du spleen, du swing et une certaine façon de faire sonner la langue.

Avant son passage à l’Olympia en avril 2019, il dévoile en primeur son nouvel album Persona sur la scène du Merlan. Ses concerts étant avant tout des prestations scéniques où l’humour n’est pas absent, il y a fort à parier que ce sera une soirée Folle, folle, folle !

Réservations

> fnac
> digitick
> ticketmaster

Mairie de Penmarc’h
Tél. 02 98 58  60 19
Réservations par mail en cliquant ici

Samedi 9 novembre à 20h30
J’aime Valentine mais bon…
Théâtre

Ça aurait pu être un seul en scène. Mais non, puisqu’ils sont trois. Idal a envie de changer le monde, mais bon il a déjà la flemme de changer les draps du lit… Il aimerait bien être heureux, mais bon quand il y réfléchit il se dit qu’il est peut-être trop ambitieux…
Il aime Valentine mais bon… l’engagement c’est compliqué quand on ne sait pas ce que ça veut dire. Ça parle de juifs, de goys, un peu des musulmans aussi !
Des pieds, de l’amour, de l’amour avec les pieds, ça parle de je suis charlie et de chlamydia ! Ça parle d’identité. C’est comme un monologue, mais pas vraiment parce qu’il y a aussi des dialogues.
Bref, c’est l’histoire d’Idal, de Marc et de Valentine.

Auteur : Rudy Milstein – Artistes : Rudy Milstein, Agnès Miguras, Farid Bouzenad – Metteur en scène : Mikaël Chirinian

Réservations

> fnac
> digitick
> ticketmaster

Mairie de Penmarc’h
Tél. 02 98 58  60 19
Réservations par mail en cliquant ici

Samedi 16 novembre à 20h30
Pépite + Suzane
Concert pop

Pépite

Comme une invitation au voyage, Thomas & Edouard emmènent, depuis 2015, leur public dans un monde d’aventures, de rencontres sentimentales et de mirages. Des envolées romantiques et baroudeuses piquées de pop et de claviers électroniques délicieusement nostalgiques. Rencontre.

Ils sont les aventuriers du sentiment. Traversée de la jungle parisienne en pleine chaleur estivale, ils chantent leur quête d’ivresse et de sensations. Une épopée nocturne, la douceur d’une danse, l’euphorie d’un baiser. Des couleurs chaudes tapissent leurs rêves et leurs espoirs. Ils nous transportent avec une pop colorée, et nous confortent quand la fin de l’été approche. Thomas (groupe sanguin O+) chante et écrit, Edy (A+) fait les chœurs et produit, les deux composent. De Beach House à Berger, leurs influences musicales sautent les âges – mais leur vrai point de rencontre est, croyez-le ou non, le dub jamaïcain. Le duo s’est trouvé il y a longtemps au bord de la mer, a troqué guitares contre synthétiseurs, et chante depuis l’amour et les couleurs fanées de l’été.

 

 

Suzane

Retenez bien ce prénom car Suzane débarque sur la scène électro-pop française. Véritable électron libre, cette « conteuse d’histoires vraies sur fond d’électro » impose déjà son style. Entre Stromae et Christine and the Queens, Suzane concilie à la perfection sa passion pour la danse, saccadée et désinvolte à un électro vivifiant tout en gardant son premier amour des textes français subtils et bien pensés.
Suzane a sorti son premier album en janvier 2019, elle sera cet été sur les scènes de France, notamment au Festival Solidays, ainsi qu’aux Francofolies de la Rochelle !

Réservations

> fnac
> digitick
> ticketmaster

Mairie de Penmarc’h
Tél. 02 98 58  60 19
Réservations par mail en cliquant ici

Samedi 23 novembre à 20h30
The Stranglers + The Ruts DC (1ère partie)
Concert pop rock

The Stranglers sont de retour en tournée en France. Suite aux nombreux succès rencontrés sur leur Black and White Tour 2016, les Stranglers présenteront cette fois leur tournée « Classic Collection », coïncidant avec la sortie de la réédition de leur discographie des années 1977-82.

Après une riche et impressionnante carrière s’étalant sur plus de quarante ans, les Stranglers s’apprêtent à enthousiasmer le public une fois de plus avec leur son britannique si distinctif, une « setlist » taillée pour le live avec leurs meilleurs singles comme « Always The Sun », « Golden Brown », « No More Heroes », « Peaches »…

The Stranglers, un des groupes anglais les plus excitants et influents de ces dernières décennies. Continuant d’enchaîner les records, les salles complètes et les apparitions en festival au Royaume-Uni et dans le monde entier, la demande des fans n’a jamais été aussi forte, témoignant de leur incontestable talent musical et de l’intemporalité de leurs compositions musicales.

Réservations

> fnac
> digitick
> ticketmaster

Mairie de Penmarc’h
Tél. 02 98 58  60 19
Réservations par mail en cliquant ici

Jeudi 23 janvier à 20h30
Mule – Festival Circonova
Cirque

« Mule » c’est une fable joyeuse et cruelle, parfois immorale, portée par deux acrobates. Dans ce huis clos tout en proximité une relation délicate se tisse, à la fois tendre et compliquée. Au travers des portés et des jeux icariens, nos deux mules s’embarquent dans des cercles de plus en plus vicieux.
La mule c’est celle qui porte, celle qui fait la gueule, la terriblement égoïste et l’infiniment fidèle… Le duo s’aventure là où le poids d’une relation devient plus qu’une simple idée et vient habiller, par sa lourdeur et ses légèretés, l’ossature de ce fragile instant d’humanité.

Réservations

> fnac
> digitick
> ticketmaster

Mairie de Penmarc’h
Tél. 02 98 58  60 19
Réservations par mail en cliquant ici

Samedi 1er février à 20h30
Dîner de famille
Théâtre

Son père, animateur de télé parisien, et sa mère, femme au foyer provinciale, sont fâchés depuis sa naissance. Alexandre va utiliser de faux prétextes pour les réunir… Le dîner de famille va-t-il totalement partir en vrille ?

Compagnie des Théâtres Parisiens. Auteurs : Joseph Gallet et Pascal Rocher, artistes : Joseph Gallet, Emmanuelle Graci et Jean Fornerod, metteurs en scène : Pascal Rocher et Joris Donnadieu.

Réservations

> fnac
> digitick
> ticketmaster

Mairie de Penmarc’h
Tél. 02 98 58  60 19
Réservations par mail en cliquant ici

Vendredi 3 avril à 20h30
Les Innocents + 1ère partie
Concert pop rock

Groupe phare français des années 90, emblématique, récompensé 4 fois aux Victoires de la musique, Les Innocents, alias JP Nataf et Jean-Christophe Urbain, reviennent avec un 6eme album qui conjugue finesse mélodique et textes percutants. Qui n’a pas fredonne ou danse sur Un homme extraordinaire ou L’autre Finistère…

Il émane de 6 ½, le nouvel album des Innocents, un sentiment de lâcher-prise. Jean-Christophe Urbain et J.P. Nataf prennent chacun leur place. Un équilibre nourri par la douce énergie de leur histoire. 6 ½, un album assumé. Depuis Mandarine et la récompense des Victoires en 2016, la quatrième de leur carrière, la tournée a été longue et belle. Deux ans, plus de cent cinquante dates, des destinations nouvelles. Toujours une valise dans le couloir. Les Innocents découvrent la scène à deux, et s’y retrouvent, après une longue pause. Et comme un boomerang, un public au rendez-vous dès les premières notes des anciens tubes. Alors, ils brisent les verrous de l’inconnu, accordent leurs guitares, font entendre leurs nouveautés et se laissent aller avec simplicité, au plaisir de la scène.

Réservations

> fnac
> digitick
> ticketmaster

Mairie de Penmarc’h
Tél. 02 98 58  60 19
Réservations par mail en cliquant ici

Samedi 11 avril à 20h30
Le cercle de Whitechapel
Théâtre

Quand on est grand lecteur de Sherlock Holmes ou qu’on s’est arraché les cheveux à résoudre les énigmes seuls ou en équipe des jeux de société éponymes, c’est avec joie qu’on se plonge dans ce spectacle bon enfant. On y croise nos deux écrivains stars Arthur Conan Doyle, Bram Stocker, ainsi que George Bernard Shaw (critique et dramaturge) et Mary Lawson (première femme médecin de l’époque). La fine équipe va devoir plancher sur une affaire troublante de meurtres de prostituées à la demande de Sir Herbert Greville. Chacun y va de son hypothèse… Mais de nouveaux meurtres se produisent. Nos premières intuitions étaient-elles les bonnes ? Rien n’est moins sûr.

Si ce spectacle fort bien huilé a un côté téléfilm sur France 2, il nous rappelle justement que les téléfilms sur France 2 ne sont pas si mal. Le texte est délicieusement bien ficelé, tout comme l’intrigue, les comédiens sont (quoiqu’un peu caricaturaux) tout bonnement sympathiques, et c’est non sans un petit plaisir coupable qu’on se délecte d’un décor riche en détails (chose de plus en plus rare au théâtre). Bref on valide à tire larigot.

Ah oui et en fait le meurtrier c’était **** parce que **** et que *** alors *** elle a ***. A vous les studios.

Réservations

> fnac
> digitick
> ticketmaster

Mairie de Penmarc’h
Tél. 02 98 58  60 19
Réservations par mail en cliquant ici

Vendredi 17 avril à 20h30
Constance
Seul en scène

Pot pourri, mêlant sketchs anciens et inédits, la pétillante et non moins cynique humoriste, Constance retrouve les planches avec « pot pourri », son cinquième seul en scène.
« En bref, si tu aimes l’humour un peu sale, tu en auras pour ton pognon mon cochon ». La messe est dite : bienvenue dans l’univers de Constance et dans « Pot pourri », son cinquième spectacle en dix ans de carrière dans le seule-en-scène. Artiste multicartes, la picarde clame depuis longtemps que « la comédie humaine est absurde » mais qu’elle préfère « en rire plutôt que de se pendre ». La violence verbale poétique, c’est sa came. Après sa fameuse chronique les seins nus sur France Inter à l’été 2018, l’humoriste prouve de nouveau avec « pot pourri » qu’elle n’a pas froid aux yeux. Humour noir et écriture trash sont les ingrédients de ce « hachis parmentier avec des vrais morceaux de Constance à l’intérieur ».

Réservations

> fnac
> digitick
> ticketmaster

Mairie de Penmarc’h
Tél. 02 98 58  60 19
Réservations par mail en cliquant ici

Vendredi 8 mai à 20h30
The Disruptives et Guillaume Meurice
Spectacle musical

Emmanuel Macron est devenu un bon client pour les humoristes. En ces temps de « start-up nation », Guillaume Meurice suit les préceptes du président et joue à l’entrepreneur. Son projet : « Le rock du nouveau monde, le rock macroniste, pour tous ceux qui vivent dans l’amour de Christophe Castaner ». Sur la scène du Café de la Danse à Paris, le comique d’investigation bien connu des auditeurs de France Inter a donné la première représentation de The Disruptives, nouveau groupe de musique « en marche ».

Aux côtés de Rémi Varrot (guitare), Philippe Monthaye (basse), Florence Villeminot (batterie) et Francisco E. Cunha (dans le rôle du régisseur atterré par ce qu’il entend), Guillaume Meurice a créé un spectacle mêlant chansons, sketchs et vidéos humoristiques. Le pitch : quatre anciens étudiants de HEC qui furent membres du collectif. Les jeunes avec Jean-Pierre Raffarin, Florence, fille d’un cadre dirigeant d’Universal, Philippe, hipster en free-lance et gérant d’un food-truck, Rémi, néo-gauchiste passé par les Beaux-Arts, et Guillaume, startupper dans la finance, décident de se retrouver pour créer « le premier groupe de rock macroniste de l’histoire ».

Réservations

> fnac
> digitick
> ticketmaster

Mairie de Penmarc’h
Tél. 02 98 58  60 19
Réservations par mail en cliquant ici

02 98 58 60 19 – culture@penmarch.fr

« Pour raconter le monde… carnets de voyages », à découvrir au Vieux Phare

Du 6 juillet au 29 septembre
Carnets de voyages
Vieux Phare – Pointe de Penmarc’h

À une époque où nous sommes abreuvés d’images, il est intéressant de voir ceux qui prennent le temps de se poser, de regarder et d’interpréter par le dessin le monde qui les entoure. Benjamin Flao, Simon Hureau et Geneviève Marot sont des reporters graphiques, munis d’un carnet, ils saisissent le moment avec quelques coups de crayon et traduisent par le dessin une émotion ressentie. Le désir de rencontrer, de partager avec les autres, de témoigner, de fixer le souvenir, le besoin de rompre avec le quotidien sont autant de motivations pour ces artistes.

Les voyages qu’ont entrepris Benjamin Flao, Simon Hureau et Geneviève Marot se caractérisent par une curiosité attentive et respectueuse de l’autre et la conscience de leur responsabilité quant à l’impact de leur présence, de leur comportement et du récit qu’ils en feront, sur les sociétés visitées.

Avec un regard ouvert, humaniste et bienveillant sur le monde, ils nous font découvrir des contrées peu visitées (Sibérie, Namibie, Cambodge, Indonésie…), des destins peu communs (Jean Piso, le peuple des Himbas…). Ils nous racontent des histoires, la leur, celle des autres. Ils nous font part de leurs émotions face à cet ailleurs qui est aussi quelque part en eux.

L’exposition Raconter le monde… Carnets de voyages révèle les expériences intimes et uniques que Benjamin Flao, Simon Hureau et Geneviève Marot ont vécu et souligne l’art singulier et hybride des carnets de voyages, témoins subjectifs de notre histoire et de notre époque.

Benjamin Flao

Benjamin Flao est un « homme-crayon », dit de lui son oncle, le peintre Gildas Flahaut. Né à Nantes en 1975, Benjamin Flao est illustrateur et voyageur. Très tôt influencé par la BD (Franquin, Moebius, Pratt), il quitte le cursus scolaire traditionnel à 14 ans pour s’inscrire à l’école d’arts graphiques de Saint-Luc-de Tournai, en Belgique. Après y avoir effectué deux années d’études, il rejoint l’école de graphisme publicitaire de Nantes. En 1994, il intègre l’école Émile Colh, à Lyon, pour y apprendre enfin la BD, le dessin animé et l’illustration. Il y rencontre Yannick Chambon. Ils deviendront Hekel & Jekel et réaliseront toutes sortes de travaux : graffs, illustrations, peintures murales, caricatures de rue, et monteront le fanzine Braktabank.
Après une traversée de l’Atlantique, il réalise des carnets qui feront l’objet de sa première exposition. En 1998, il rapporte d’un voyage en moto à travers le Burkina Faso des dizaines de dessins qui seront également exposés. En 2000 et 2001, Bernard Buigues lui propose de rejoindre son équipe à Khatanga en Sibérie pour y réaliser des carnets autour de l’expédition Mammuthus. Il parcourt également l’Erythrée avec Nicolas Scharff, rapportant dans leurs carnets un témoignage actuel et personnel d’un pays âpre au peuple fascinant…
En 2007, il publie, avec Christophe Dabitch, son premier livre de bande dessinée, La Ligne de fuite (Futuropolis), un récit qui entraîne le lecteur vers Harar, à la recherche d’Arthur Rimbaud … S’en suivent ensuite deux autres albums, Mauvais garçons Tome 1 et 2, qui nous plongent au cœur du flamenco.

Simon Hureau

Simon Hureau est d’origine normande et né juste avant les années 80. Il produit très tôt beaucoup d’auto-productions (ce qu’il continue de faire à l’occasion), participe à d’obscurs et nombreux fanzines… puis, au sein des Arts Décoratifs de Strasbourg, il contribue à la naissance de « L’Institut Pacôme », spécialisé dans la réalisation de soigneux petits tirages et belles couvertures sérigraphiées.

De ses voyage il ramène de nombreux carnets et bandes dessinées (Palaces et Bureau des Prolongations chez Ego comme X). Il a publié des fictions (L’empire des hauts murs, (ré)éd. Boîte à Bulles 2011 ; Tout doit disparaître, éd. Futuropolis, 2006 ; Hautes Oeuvres et Aspic Voisine, éd. la Boîte à Bulles), dont Colombe et la Horde chez ego comme x constitue en quelques sortes les prémisses. Il a également dessiné la Nuit des Cages, chez didier jeunesse (2007), sur un texte de Rascal. On le retrouve à l’occasion dans les pages de Lapin (L’Association). En 2012, il remporte à Angoulême le prix polar pour Intrus à l’Étrange, la Boîte à bulles, 2011.

Geneviève Marot

Diplômée de l’ESAG à Paris (Penninghen), Geneviève Marot est illustratrice pour l’édition et la presse, reporter graphique et auteure BD. Invitée par l’ONG «Friends-Mith Samlanh» à venir animer des ateliers avec les enfants de son centre, Geneviève revient du Cambodge avec de nombreux croquis et peintures qui serviront de base à son premier carnet, publié chez Gallimard : Cambodge, dans les rues de Phnom Penh.

Désormais carnettiste dans l’âme, elle est membre fondateur des Carnettistes Tribulants, un collectif d’artistes désireux d’apporter un regard décalé et inattendu sur le carnet de voyage.

Ensemble, ils publient plusieurs carnets, dont Banlieue Nomade, Ce que j’aime en toi, Vivre Vieux !, Grattes-ciel et Soupe de Nouilles, Paysannes et Bringuebalés à La Boîte à Bulles. Treize voyages à Madagascar orientent son travail de reporter graphique sur ce pays pour lequel elle a eu un coup de cœur. Sa première bande dessinée, Sous le Tamarinier de Betioky retrace d’ailleurs l’enfance d’un célèbre accordéoniste du sud de Madagascar.

Geneviève prépare actuellement un carnet de voyage sur la grande île, Douze Lunes à Madagascar, à paraître en octobre 2018 aux éditions Elytis.

Infos pratiques

  • En juillet-août : tous les jours 10h30-18h30
  • En septembre : tous les jours 14h-18h (sauf le mardi)
  • Tarifs : adulte : 3,20€, réduit : 1,70€, forfait famille : 7,40€, groupe : 2,70€, scolaire : 1,20€. Possibilité de billet couplé avec le Phare d’Eckmühl

02 98 58 72 87 / phares@penmarch.fr

Echouage d’un cétacé au Ster

Le mardi 13 août au matin, un baleineau de 12 mètres a été retrouvé sur la plage du Ster à Penmarc’h. L’animal a été autopsié et a été enlevé courant de la journée, le mercredi 14 août. Par précaution, la mairie avait pris un arrêté par mesure de salubrité publique. Il stipulait notamment que « l’accès au littoral sur la plage du Ster au niveau de l’accès numéro 17, situé entre le camping le Grand Bleu et le poste de secours est interdit au public à compter du 13 août et jusqu’à l’enlèvement de l’animal ».

 

La Direction Départemental de la Protection de la Population (DDPP) et le réseau Pélagis, rappellent qu’il est nécessaire d’établir un périmètre de sécurité afin que les curieux ne s’approchent pas déraisonnablement de la carcasse. En effet, outre le risque d’explosion lié à la décomposition du cétacé, un tel échouage présente un risque sanitaire et bactériologique important.