Attention danger : présence de physalies sur les plages

Depuis plusieurs jours, les services municipaux ont constaté des échouages de physalies. Cet animal marin, aux faux airs de méduses, possède des filaments très urticants. Même échouée, il ne faut en AUCUN cas toucher une Physalie car son contact peut entraîner de très graves brûlures et de vives réactions, allant même jusqu’à l’arrêt cardiaque.

Dans l’eau ou sur la plage, soyez donc prudent !

Préconisation

En cas de piqûre, il est conseillé de recouvrir la peau touchée de sable sec, pour agglomérer les filaments. Il ne faut pas les retirer à la main : elle serait touchée aussi. Mieux vaut prendre un morceau de carton rigide pour racler, sans trop décoller brusquement. Puis rincer à l’eau de mer. Si vous en apercevez sur les plages de Pors Carn, du Ster et de la Joie, veuillez contacter les services techniques.

Services techniques

02 98 58 89 61

Modification du rythme de collecte des ordures ménagères : du 21 octobre au 6 avril

La Communauté de Communes du Pays Bigouden (CCPBS) poursuit son optimisation des tournées de collecte des déchets. Après une phase de test concluante sur deux secteurs : Combrit / Île-Tudy et Treffiagat-Léchiagat / Plobannalec-Lesconil, les bacs à ordures ménagères (couvercle vert) seront collectés une fois toutes les deux semaines du 21 octobre au 6 avril hormis pendant les vacances de fin d’année sur l’ensemble du Pays Bigouden Sud. Le volume des déchets par tournée sera ainsi optimisé et maximisé. Les camions tourneront moins souvent ce qui aura pour effet immédiat de réduire l’impact carbone de la CCPBS. Chaque usager recevra un tract lui indiquant les jours et semaines de collecte pour son secteur.

Du 21 octobre 2019 au 6 avril 2020, la CCPBS, en charge de la collecte de vos déchets, va procéder à un changement de rythme de collecte de vos ordures ménagères (bacs au couvercle vert). Durant cette période, les bacs seront collectés toutes les deux semaines. Pour une meilleure compréhension un mémo sera diffusé à chaque foyer par le service déchets.

Depuis de nombreuses années, grâce à vos efforts, suite à l’extension des consignes de tri, les tonnages des ordures ménagères baissent sensiblement. Face aux faibles tonnages collectés lors des tournées d’hiver, les élus communautaires ont souhaité optimiser les collectes en passant une fois toutes les deux semaines au lieu de toutes les semaines. L’objectif est d’optimiser les collectes, de faire moins rouler les camions afin de participer à la réduction des gaz à effet de serre.

Ce nouveau rythme est valable uniquement en hiver, du 21 octobre au 6 avril (à l’exception des vacances scolaires de fin d’année). À cette période les tonnages sont suffisamment faibles pour passer toutes les deux semaines et les températures basses permettent de limiter les odeurs dues à la fermentation. En dehors de cette période, au printemps et en été, les collectes des ordures ménagères seront assurées toutes les semaines.

Pour réduire les déchets ménagers, plusieurs solutions sont proposées par la CCPBS :

  • poursuivre le geste du tri. De nombreux déchets recyclables sont encore trouvés dans le bac à ordures ménagères. En cas de doute la CCPBS met à disposition des “mémo tri” au 02 98 87 80 58 ;
  • composter les déchets fermentescibles. Pour rappel, des composteurs subventionnés à hauteur de 50% sont vendus par la CCPBS (renseignements au 02 98 87 80 58) ;
  • aller aux colonnes d’apport volontaire, uniquement si votre bac est plein.

Communauté de Communes du Pays Bigouden Sud
17 rue Raymonde Folgoas Guillou
29120 Pont-l’Abbé
02 98 87 14 42

Alerte météorologique de niveau jaune : vent violent + crues bassin de l’Odet

La Préfecture du Finistère nous informe d’une alerte météo de niveau jaune. Soyez prudents.

Les horaires des périodes à risque sont synthétisées dans le bulletin ci-dessous :

1) Vigilance crues

Période à risque : à partir de samedi 2 novembre en matinée passage en vigilance jaune crues pour le bassin de l’Odet
Événement essentiellement fluvial. Les prévisions de hauteur sont les suivantes :

Vent violent

  • Moulin vert : entre 1,55 m et 1,85 m en début de matinée
  • Kervir : entre 1,70 m et 2,00 m en matinée

Je consulte le bulletin d’information “vigicrues” en cliquant ici.

2) Vigilance Vent Violent

Niveau d’alerte : jaune

Période à risque : à partir de samedi 2 novembre à 6h jusqu’à 15h

Vent ouest/sud ouest avec un pic à 80km/h demain matin samedi 2 novembre à 7h.

Évolution : baisse en journée jusqu’à la nuit, puis remontée dans la nuit de samedi à dimanche 3 novembre, vent tournant Ouest/ Nord-Ouest avec des valeurs de 60 à 70km/h.

CONSIGNES VIGILANCE

Soyez attentifs : si vous pratiquez des activités sensibles au risque météorologique ou à proximité d’un rivage ou d’un cours d’eau ; des phénomènes habituels dans la région mais occasionnellement et localement dangereux (ex : orages, montée des eaux, fortes vagues submergeant le littoral) sont en effet prévus ; tenez-vous au courant de l’évolution de la situation.

TENEZ-VOUS INFORMÉS

Accueil de loisirs : une invitation pour l’exposition UNICEF

Dans le cadre des 30 ans de la Convention Internationale de l’enfant (CIDE), le Conseil Municipal des Jeunes (CMJ) et le service enfance-jeunesse, en partenariat avec l’association Pont-l’Abbé Solidarité Internationale (PASI), présentent une exposition sur le thème de l’UNICEF du 28 au 31 octobre à l’Accueil de Loisirs (ALSH), dans la salle du tremplin. Les membres du CMJ, accompagnés de l’association PASI, accueilleront les visiteurs et commenteront les 13 panneaux relatant les droits des enfants à travers le monde. Les enfants de l’ALSH et les ados de l’espace-jeunes pourront apprécier l’exposition pendant la semaine.

L’exposition sera ouverte au public et aux familles le mercredi 30 octobre de 17h30 à 18h30. Elle est visible à l’ALSH, la structure est située dans la rue des écoles à Kérity.

Mairie de Penmarc’h – Service enfance jeunesse

02 98 58 41 51

Exposition : Prix de la ville de Penmarc’h – Salon des Arts 2019 au Vieux Phare – Du 19 oct. au 3 nov.

Chaque année, l’association Cap Caval’Arts organise en juin le Salon des Arts à la salle Cap Caval. Cet évènement réunit près d’une quarantaine d’artiste : peintres, sculpteurs, graveurs, photographes… En 2019, la ville de Penmarc’h a décerné un prix à quatre d’entre eux. Ces artistes primés exposent au Vieux Phare de Penmarc’h du 19 octobre au 3 novembre.

Armelle Allouis
et Jean-Paul Le Gall

« Deux regards qui se posent sur la faune de nos marais et rivages, ainsi que sur nos ports et chantiers navals de Cornouaille. L’un s’exprime par la photographie, l’autre par la sculpture. Leurs œuvres dialoguent dans une conversation artistique où leurs sensibilités se rejoignent. »

Armelle Allouis, sculptrice-céramiste, a tout d’abord été attirée par le dessin (fusain et pastel sec) avant de découvrir le modelage de la terre. C’est le raku, technique ancestrale japonaise, qu’elle privilégie pour s’exprimer ; une technique indomptable qui laisse une grande place à l’imprévisible de la cuisson. Ses œuvres se distinguent par un noir et blanc assumé : noir et blanc pour tendre vers l’essentiel ; noir et blanc soulignant la pureté de la ligne ; noir et blanc vibrant de couleurs contenues ; noir et blanc encore, adoucis par la lumière furtivement aperçue au cœur de l’œuvre et qui se joue du vide et du plein ; noir et blanc, enfin, pour laisser place au rêve…

Jean-Paul Le Gall est Quimpérois depuis 1960, après des études techniques et un passage à l’école Boulle il réalise une carrière dans l’ingénierie construction et parallèlement se consacre à sa passion la photographie. Auteur-photographe passionné par la nature et la faune sauvage, Jean-Paul Le Gall privilégie les photos d’animaux prises en milieu naturel et souhaite partager ces « instants sauvages » qu’il a eu le plaisir de vivre et de capturer. Il travaille également sur plusieurs thèmes dont la dimension minimaliste et abstraite de la nature qui se révèle à qui sait la voir, la mémoire des pierres à travers le patrimoine breton, mais aussi la vie maritime qu’il expose aujourd’hui à Penmarc’h à travers ces clichés de chalutiers colorés pris sur le vif à leur retour de pêche.

Jocelyne Creusier

Sculpteur et peintre, née à Paris en 1956. Agrégée d’arts plastiques de la faculté de la Sorbonne à Paris, elle reçoit les enseignements d’artistes contemporains de renom : Paul Virilio, Bernard Rancillac, Lygia Clark, Annette Messager, Pierre Boulez, Michel Journiac, Pierre Baqué.

Après avoir enseigné les Arts, elle crée et présente aujourd’hui ses sculptures en bronze et ses peintures sur métal dans son atelier de la Gacilly en Bretagne.
Elle participe à des expositions: à Paris, la galerie de la Boétie, celle de l’IPT Arago. En Bretagne, la galerie du Faouëdic, celle de la Passerelle de la Gacilly, le Palais des congrès de Lanester, le Salon des Beaux-arts de Lorient et le salon Cap Caval’Arts de Penmarc’h.
L’artiste reçoit en Juin 2019 le prix de la ville au salon de Penmarc’h. Participation à la biennale d’art contemporain de la Roche-sur-Yon en Vendée au printemps 2020, ainsi qu’au prochain salon des artistes français au grand Palais à Paris.

L’œuvre

Pour réaliser ses sculptures de bronze, l’artiste pratique une technique primitive, intuitive et spontanée, issue du savoir-faire des bronziers du Burkina-Faso. Le modèle est façonné en cire d’abeille, le moule de potée est en argile. Étain, laiton et cuivre recyclés constituent l’alliage de bronze. Le métal, volontairement peu ciselé, garde un aspect brut, afin de renforcer l’expressivité de la représentation humaine. Il s’agit de corps en panique. Face au chaos écologique de la planète, l’humanité en danger est représentée par des personnages en déséquilibre. Ils s’agitent, s’enfuient, se précipitent, s’agrippent, chavirent, dans le simulacre d’une danse, ultime élan de survie. D’autres implorent, méditent, dans l’espoir de retrouver le chemin de vie.
La nature en péril est évoquée par des stèles de bois carbonisé. Les statuettes de bronze se réfugient sur ces socles monumentaux. Ces supports en bois recyclé sont brûlés dans la tradition du SHOU-SUGI-BAN. Autrefois dans les maisons japonaises trônait le DAI « KOKU BASHIBA » : un grand pilier, noirci par le feu, qui portait bonheur. L’artiste détourne ce rituel, ses stèles brûlées sont la métaphore de nos forêts consumées.

Une autre mise en scène des figurines de bronze est proposée. Des lames d’acier recyclé dévorées par la rouille symbolisent aussi la transformation de la matière par le temps lui aussi dévastateur. Les bronzes sont installés comme des stylites (ermites) en haut de ces colonnes.

Coco Delorme

Peintre autodidacte native de Sars-Poteries (59), Thérèse-Christine (Coco) Delorme vit désormais à Bénodet. Passionnée depuis toujours par le dessin, elle s’adonne d’abord à la sculpture sur pierre (kersanton) et sur bois nobles (chêne, noyer). Revenue à ses premières tendances pour des raisons pratiques, elle peint à présent, à l’huile et à l’acrylique, dans un style qui a glissé progressivement du figuratif à l’abstrait. Sur de grandes toiles, emplies de couleur et de matière, s’harmonisent les couleurs en trois dimensions.
Matière, textures et formes dans lesquelles le spectateur pourra se laisser aller à une interprétation personnelle.

Photo à la une : Jocelyne Creusier, Coco Delorme, Armelle Allouis, Marie-Claire Dupont, adjointe en charge des actions culturelles, Jacques Bayet, président de l’association Cap Caval’Arts et Jean-Paul Le Gall.

Le camping municipal conserve ses deux étoiles !

Le classement deux étoiles du camping municipal Toul ar Ster arrivant à échéance au mois d’octobre 2019, les services de la ville ont activement et efficacement œuvré afin de préparer son renouvellement pour une durée de cinq ans.

La visite d’inspection réalisée par le cabinet d’audit 2 “BG qualité” a été effectuée le 5 septembre dernier. Le défi étant de répondre le plus favorablement possible aux 195 critères d’évaluation touchant divers aspects du camping. Pour exemple, les emplacements d’une surface minimum de 70 m² devaient être entretenus, délimités et identifiés par numéro. Les blocs sanitaires quant à eux devaient être irréprochables et proposer des douches et wc en nombre suffisant en particulier pour les personnes à mobilité réduite. Au niveau de l’accueil, les horaires de présence, la capacité à parler plusieurs langues ou encore les dispositifs pour traiter les réclamations des vacanciers ont aussi été évalués.

Le développement durable n’a pas été oublié puisque il est obligatoire pour les campings postulant aux deux étoiles d’avoir des actions de développement durable comme effectuer le tri sélectif ou encore la mise en place de dispositifs d’économie d’eau.
L’un des nouveaux critères d’inspection a été l’obligation pour le camping d’avoir son propre site Internet indépendant de celui de la ville. C’est ainsi que https://www.camping-penmarch.fr a vu le jour en juillet dernier et permet maintenant aux vacanciers de réserver et payer en ligne leur séjour via les formulaires proposés sur le site.

Ce classement deux étoiles, décroché avec succès, correspond pleinement au niveau de qualité que la commune souhaite apporter aux vacanciers. Les chiffres de fréquentation s’en ressentent d’ailleurs puisque le camping ne désemplit pas depuis plusieurs années. On constate encore cette année une hausse de 7,5 % des occupations des emplacements en juillet-août par rapport à 2018.

BASTET sort les griffes…

Depuis 10 ans, BASTET, association reconnue d’intérêt général, soutenue chaque année par la mairie de Penmarc’h et les cabinets vétérinaires partenaires, trappe les chats errants, les stérilise, en prend soin et les nourrit.BASTET recueille également des portées de chatons, des chattes et chats domestiques lâchement abandonnés par des propriétaires indélicats, la plupart du temps non stérilisés et, bien entendu, non identifiés… Nous avons également rencontré plusieurs cas de personnes qui déménageaient et laissaient leurs compagnons à quatre pattes derrière eux…

Cette année encore, et malgré ces 10 ans d’interventions, BASTET a fait adopter 61 chattes, chats et chatons domestiques abandonnés après les avoir fait stériliser, identifier et vacciner pour un coût total de 8 000 €. 17 chatons, actuellement en familles d’accueil, restent encore à stériliser, identifier, vacciner avant de les faire adopter… Cette situation ne peut perdurer.

Nous rappelons qu’offrir un chaton (ou n’importe quel animal de compagnie) en cadeau de Noël ou d’anniversaire est une très mauvaise idée ; un animal n’est pas une peluche ! D’autre part, nombre de personnes croient qu’une chatte doit avoir au moins une portée ; ceci est complètement faux. Tous les vétérinaires vous le confirmeront. Sachant qu’une chatte peut avoir trois et même quatre portées par an et jusqu’à six chatons par portée, nous lançons un appel aux propriétaires à se conduire en personnes responsables et à faire stériliser (et identifier) leurs animaux. Nous rappelons que l’identification du chat (et du chien) est obligatoire depuis le 11 janvier 2012, sous peine d’une amende de 4ème classe (jusqu’à 750 euros). Nous rappelons également qu’il est essentiel de faire stériliser aussi bien les mâles que les femelles.

Combien de chatons abandonnés meurent de froid, de faim, se font percuter par une voiture…

Association BASTET – Maison des Associations – rue Edmond Michelet à Penmarc’h. Tél. 06 44 99 42 77

Démarchages frauduleux sur la commune, soyez vigilants !

Actuellement, plusieurs habitants de la commune font l’objet de démarchages frauduleux à leur domicile. Une dame, âgée d’une quarantaine d’années, propose des photocopies d’un calendrier pour la somme de 10€. Elle prétend représenter une usine de Pont-l’Abbé. La municipalité tient à attirer l’attention de tous et en particulier des personnes âgées sur la recrudescence de ces démarches frauduleuses, et vous rappelle les mesures à prendre pour éviter toutes mauvaises surprises :

MÉFIEZ-VOUS

des démarcheurs ou quémandeurs en tout genre, surtout s’ils sont en groupe.

ATTENTION ÉGALEMENT

aux faux plombiers, faux agents EDF ou de sociétés de sécurité, faux gendarmes… Ils peuvent profiter d’une visite à domicile pour faire un repérage des lieux en vue d’un cambriolage.

EN TOUT ÉTAT DE CAUSE, LES PROFESSIONNELS DOIVENT ÊTRE EN MESURE DE PRÉSENTER UN EXTRAIT KBIS

Véritable “carte d’identité” à jour d’une entreprise immatriculée au Registre du Commerce des Sociétés (RCS). Leurs factures doivent faire mention du numéro SIRET de l’entreprise (identifiant de l’établissement).

ENFIN, VOUS DISPOSEZ D’UN DÉLAI DE 14 JOURS POUR VOUS RÉTRACTER

En cas de doute, ne pas hésiter à se renseigner auprès des personnes dignes de confiance avant de conclure un achat ou un contrat pour diverses prestations. Enfin, les démarchages autorisés par la commune sont précédés d’un courrier adressé au domicile des habitants concernés et les personnes, intervenant à ce titre, sont détentrices d’une carte professionnelle qu’elles sont tenues de présenter. Les habitants qui seraient démarchés par ce type d’individus sont donc invités à ne pas y donner suite et à le signaler en gendarmerie.