Vigilance arnaque par téléphone

Quelques commerçants de Penmarc’h ont été contactés par des personnes leur réclamant le paiement d’une somme de 600€ pour cause de non conformité aux normes d’accessibilité. Si cela vous arrive, n’obtempérez surtout pas, il s’agit d’une arnaque.

L’escroquerie est bien connue des services de l’État puisqu’ils sont régulièrement alertés depuis 2015. Une plainte a d’ailleurs été déposée.

Rappel : ne communiquez jamais vos coordonnées bancaires par téléphone !

Les ouvrages de défense contre la mer

Le cabinet Géolithe a été missionné par la ville de Penmarc’h pour l’assister dans la sécurisation de ses ouvrages de défense contre la mer. Il devra notamment mener l’inspection détaillée des ouvrages. Cette phase d’étude doit conduire à établir un diagnostic précis de l’état des 16 ouvrages qui constituent la protection en front de mer.

M. Raynald Tanter, Maire, a donc reçu le mardi 31 janvier 2017, M. Fabrice Roy, ingénieur -géotechnicien et responsable de l’agence Géolithe à Pacé (35) en présence de quelques élus en charge des travaux, du cadre de vie et de l’environnement. Il a évoqué les objectifs poursuivis par la municipalité dans cette Vérification Technique Approfondie des ouvrages (VTA), ses préoccupations sur certains d’entre eux et sa volonté d’engager rapidement les travaux prioritaires.

Cette VTA sera suivie, pour les ouvrages le nécessitant, d’une programmation d’études complémentaires et de maîtrise d’oeuvre pour le renforcement des ouvrages de défense contre la mer. Elle tiendra compte des priorités de traitement au regard de l’état des ouvrages, des enjeux socio-économiques et environnementaux et des possibilités financières de la commune.

Le Maire a rappelé l’implication de la commune dans une Stratégie Locale de Gestion des Risques d’Inondation (SLGRI) à l’échelle d’un périmètre plus large. Le but est de se doter d’un Programme d’Actions de Prévention contre les risques d’Inondation dit « PAPI d’intention » afin de bénéficier des fonds d’État pour réaliser un programme d’actions que la commune ne pourrait assumer seule financièrement. Ainsi, il s’agit de disposer d’un outil de contractualisation entre l’État et les collectivités qui permet la mise en oeuvre d’une politique globale, pensée à l’échelle d’un bassin de risque.
M. Roy a précisé que la mission serait conduite en 2 phases :
Phase 1 : prise en compte des documents d’archive, état des lieux et diagnostics
Phase 2 : synthèse, priorisations, propositions et recommandations.

Cette matinée a permis au cabinet de récolter les éléments historiques, les phénomènes marquants des dernières années et les dernières interventions connues sur les ouvrages. Ainsi, ceci permettra :
• d’acquérir une meilleure connaissance des ouvrages,
• de définir les problématiques réelles de chaque ouvrage,
• de proposer les solutions les plus adaptées.

Le Maire de la commune envisage dès que le cabinet sera en mesure de restituer l’étude mi-avril, d’organiser une réunion plénière des membres du conseil municipal pour cette présentation.

Atelier de stimulation de la mémoire

Le CCAS de Penmarc’h et le CLIC du Pays Bigouden souhaitent remettre en place un atelier de « stimulation de la mémoire » pour les personnes de plus de 60 ans demeurant sur la commune de Penmarc’h.

L’objectif

Il s’agit de travailler la mémoire, la concentration, la perception, l’émotion, le langage et la logique.
L’objectif est d’apprendre des techniques de mémorisation qui serviront dans la vie quotidienne.
Ecoute, respect de l’autre et convivialité seront les valeurs de l’atelier.

Accès à l’atelier

Les personnes qui auraient des difficultés de déplacement pourront bénéficier gratuitement du service de minibus de la commune en contactant le CCAS de Penmarc’h- Charlotte Le Pichon au 02 98 58 44 45.

Les dates à retenir

Lundi 6 février à 14h : réunion d’information, à la Maison Pour Tous  au Bourg de Penmarc’h
Mercredis 1er, 8, 15, 22 et 29 mars de 9h30 à 11h30 : atelier programmé  à la Maison Pour Tous
L’atelier se compose de 5 séances de 2 h. Il sera animé par une neuropsychologue de l’association Brain Up.

Inscriptions

Les personnes susceptibles  d’être intéressées pourront s’inscrire à la fin de la réunion ou en contactant Audrey Debelut  au CLIC du Pays Bigouden au 02 98 87 39 50.

Le nouvel an chinois, à la carte du restaurant scolaire

Vendredi 27 janvier Pascal Seven et l’équipe de la restauration municipale de la commune ont proposé aux élèves des écoles un repas pour fêter le nouvel an chinois.

Pour l’occasion la cantine était décorée et les enfants ont pu découvrir de nouvelles saveurs : salade de crevettes, émincé de poulet au coco, riz cantonnais et beignets d’ananas.

La thématique relative à l’Empire du Milieu ne s’est pas cantonnée qu’au réfectoire puisqu’à l’école Saint Joseph, par exemple, des activités diverses étaient proposées  : littérature jeunesse autour des albums de chen Chang Hong, travail autour des idéogrammes, confection de lampions, éventails….

Les élèves de cycle 3 ont confectionné 75 enveloppes rouges contenant le menu et un idéogramme souhaitant chance amour ou prospérité, comme le veut la tradition en Chine.

Un beau projet mené par les enseignantes, le personnel de l’école et le service restauration !

Photo à la une : Pascal Seven, le restaurateur, entouré des élèves de l’école Saint Joseph

Nouvel an chinois - Ecole du Bourg

Ci-contre, les élèves de l’école du Auguste Dupouy attendent avec impatience ce menu original.

Info Mairie

Le service urbanisme sera fermé pour cause de réunion le lundi 6 février de 9h à 12h.

Jours et horaires d’ouverture habituels

Du lundi au vendredi de 8h30 à 12h, fermé le jeudi. Les après-midis sur rendez-vous pour les instructions de dossiers. Tél. : 02 98 58 52 26

Une sirène dans la nuit

C’est avec surprise que certains habitants de Penmarc’h ont été sortis des bras de Morphée, dans la nuit de mercredi à jeudi vers 3h du matin, par le déclenchement intempestif de la sirène d’alerte de la sécurité civile installée sur le toit de l’hôtel de ville.

Le son strident ne s’est pas prolongé plus d’une minute, mais suffisamment pour effrayer quelques administrés comme en attestent les appels reçus par l’hôtel de ville jeudi matin. Le temps que le fonctionnaire d’astreinte n’intervienne, la sirène s’est interrompue sans avoir donné les raisons de son chant pas forcément mélodieux. Il s’agissait manifestement d’un problème d’ordre technique. Les services municipaux de la ville vont faire vérifier l’installation par un électricien pour que cet évènement heureusement exceptionnel ne se reproduise pas.

La démarche de révision du Plan Local d’Urbanisme est lancée (PLU)

Une réunion de lancement a eu lieu le lundi 9 janvier en présence des membres de la commission urbanisme et cadre de vie en vue de la procédure de révision du Plan Local d’Urbanisme. Le PLU est un document de planification qui reflète les intentions communales quant au développement de son territoire, et dont la mise en œuvre doit être guidée par l’intérêt général. Ainsi, la démarche de révision vient donc d’être lancée. Les membres de la commission urbanisme et cadre de vie intègrent le comité de pilotage mis en place à cette occasion, et qui participera aux travaux pendant toute la procédure (comprise entre 18 mois et 24 mois).

Mme Briand, chef de projet du bureau Geolitt en charge d’accompagner la commune, a rappelé le cadre règlementaire qui s’impose aux élus et notamment la conformité avec les différentes règlementations qui se superposent. Ainsi, cette révision globale du PLU doit prévoir les grandes lignes du développement et de l’aménagement de la commune dans le respect des valeurs du développement durable en tenant compte du contexte juridique qui a fortement évolué ces dernières années (dont notamment l’application de la Loi Littoral, et l’obligation de modérer la consommation d’espace).

Une présentation de l’équipe technique a ensuite été faite. Outre Mme Catherine Briand, chef de projet et interlocutrice privilégiée, cette équipe est composée d’un urbaniste (M. Manuel Henry), d’une paysagiste (Mme Isabelle Nivez) et d’un bureau d’étude spécialisé en environnement (Mme Jennifer Garcia d’Enamo). Dès l’après-midi, l’équipe réalisait une visite de terrain.

Les travaux de révision seront découpés en plusieurs phases

Une première étape, celle du diagnostic qui s’appuie sur l’analyse des atouts et des contraintes du territoire au regard des prévisions de nouveaux arrivants et des besoins de développement urbain. Il permet de définir les grands enjeux en termes d’aménagement qui orienteront les choix pour le développement de la commune. Les résultats de ce diagnostic seront consultables. C’est au regard du diagnostic que de grands enjeux seront définis et exprimés dans ce Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD).
Une deuxième étape, correspond à la mise en place du PADD qui traduit le projet « politique » des élus de la commune. Il expose les intentions de la municipalité pour les prochaines années.

La 3ème étape, consiste en la traduction du PADD dans un règlement graphique (plan de zonage) et écrit.
Enfin, la concertation publique est au cœur de notre procédure de révision du PLU. Ceci pour permettre aux habitants de faire remonter leurs remarques et leurs opinions d’intérêt général pour la Commune. C’est pourquoi il est important que les administrés soient informés de l’avancée de ce dossier au fil des étapes énoncées. Ainsi une page spéciale sur le site de la ville sera consacrée à la révision du PLU. Une adresse mail a été également créée à cet effet : plurevision@penmarch.fr

Parution de votre Pen’Mag

Le Pen’Mag de janvier vient de paraître, il sera distribué prochainement dans les boîtes aux lettres. Un magazine riche en contenu, comprenant 4 pages supplémentaires.

Dans ce numéro, retrouvez la cérémonie des vœux du Maire, la nouvelle organisation des cartes d’identité et des passeports, l’acquisition des marais de Lescors par le Conservatoire du Littoral, la Sainte Barbe des Pompiers… et une nouvelle rubrique intitulée « En différé du Conseil Municipal ».

Pen'Mag - Janvier 2017

 

Pour consulter le magazine, cliquez ici.

Services techniques : un nouveau tractopelle

En ce début d’année 2017, la municipalité a réceptionné un nouveau tractopelle mis à la disposition des services techniques. Il remplace l’ancien engin qui aura tout de même effectué 9000h de travaux !
Le coût de ce nouvel outil s’élève à 126 120 € TTC.  Il sera fort utile aux employés municipaux pour les petits et gros travaux liés à l’entretien des 1 639  hectares que comptent la commune .

Attention aux démarches frauduleuses

Certains habitants de la commune ont fait l’objet de démarchages intempestifs venant de personnes se déclarant « réfugiés ». La municipalité tient à attirer l’attention de tous et en particulier les personnes âgées sur la recrudescence de ces démarches frauduleuses, et vous rappelle les mesures à prendre pour éviter toutes mauvaises surprises :
• Méfiez-vous des démarcheurs ou quémandeurs, surtout s’ils sont en groupe, et des personnes proposant d’effectuer des travaux à domicile (élagage, nettoyage de peinture, récupérateur de métaux précieux…).
• Les professionnels doivent être en mesure de présenter un extrait Kbis, véritable « carte d’identité » à jour d’une entreprise immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS). Leurs factures font mention du numéro SIRET de l’entreprise (identifiant de l’établissement). En cas de doute, ne pas hésiter à se renseigner auprès de personnes dignes de confiance avant de conclure un achat ou un contrat pour diverses prestations.
• Attention également aux faux plombiers, agents EDF ou de société de sécurité, représentants, faux gendarmes ou faux policiers etc… Ils peuvent profiter d’une visite à domicile pour procéder à un repérage des lieux en vue d’un cambriolage.

Enfin, la commune de Penmarc’h tient à rappeler que toute intervention de sa part est précédée d’un courrier adressé au domicile des personnes et que les agents intervenant en son nom sont détenteurs d’une carte professionnelle qu’ils sont tenus de présenter.
Les habitants qui seraient démarchés par ce type d’individus sont donc invités à ne pas y donner suite et à le signaler à la gendarmerie.